Anecdote #5 – Inde (Rajasthan)

Le Rajasthan, une région à découvrir les yeux grand ouverts… d’étonnement

Par Mathilde Briot

Parmi tous les voyages que j’ai eu la chance de réaliser, il est une région du monde que j’affectionne particulièrement : le Rajasthan. J’ai pu accompagner chacun des deux circuits proposés par Arts et Vie : « Rajasthan » (16 jours) et « Rajasthan découverte » (12 jours), et j’ai adoré ces deux programmes. Mais pourquoi un tel coup de cœur ? Rappelons déjà que le Rajasthan, ce « pays des seigneurs », est le second État indien par sa superficie, équivalente aux deux tiers de la France environ. Les étapes sont certes longues, mais elles sont rythmées par des scènes de vie locale, assurant un spectacle permanent le long des routes et des villages traversés. Les circuits sont très bien rodés, mais ils laissent également place à l’inattendu, et chaque voyage a apporté son lot de très belles surprises.

Rencontres animalières

J’ai eu la chance de voir des milliers de grues demoiselles venues prendre leur quartier d’hiver à Khichan. Cet oiseau migrateur passe en effet la période de reproduction dans les steppes eurasiennes avant de chaque année rejoindre l’Asie du Sud pour y demeurer le temps de la saison froide. Grand échassier aux ailes blanches ou grises, au cou et à la tête noirs, il est devenu un symbole de beaucoup de pays d’Asie grâce à sa silhouette élégante. Les voir rassemblés par milliers fut un spectacle que je ne suis pas près d’oublier.

Une autre fois, ce fut la découverte du curieux nigault, une antilope gris-bleu, bien présente en Inde mais assez farouche, qui suscita mon admiration.

Des croyances aux couleurs locales

L’Inde est bien connue pour être la patrie des contradictions où coexistent traditions et modernité. La ferveur religieuse y est partout présente. Nous visitons bien sûr les temples bijoux des Jaïns, connus pour la variété, la finesse et la beauté de leurs détails sculptés. Le temple d’Adinath notamment, est un pur joyau à l’architecture d’une complexité extrême. Construit intégralement en marbre blanc, il renferme 1 444 piliers ciselés, tous différents, présentant des motifs végétaux, géométriques ou animaliers. Petite particularité : une de ces colonnes est volontairement penchée, afin de rappeler que seul Dieu est parfait.

Mais le hasard conduit parfois nos pas dans de petits temples tout à fait étonnants : je me souviens ainsi de ce « temple des motocyclettes » rendant hommage à un motard décédé sur la route, où les habitants de la région viennent prier avec leurs deux-roues pour obtenir protection lors de leurs trajets à moto.

Les Indiens sont également très attachés à l’astrologie, qui leur permet notamment de déterminer l’ouverture de la « saison des mariages ». Plusieurs fois, au coucher du soleil, j’ai croisé ces cortèges nuptiaux où le marié en tête, tout de blanc vêtu et monté sur une jument blanche, part chercher son épouse, accompagné d’un orchestre ambulant éclairé par des porteurs de réverbères. Évidemment, cette petite troupe paralyse alors complètement la circulation routière ! À tel point qu’une fois, notre guide est descendu du car pour faire la circulation au milieu des voitures indisciplinées afin d’arriver à désengorger la situation et nous permettre enfin d’avancer. La fameuse débrouille indienne !

L’anniversaire du maharana

Mon plus beau souvenir du Rajasthan eu lieu à Udaïpur, lors de la visite du City Palace. Ce dernier est divisé en trois parties : une aile toujours habitée par le maharana actuel, une autre transformée en hôtel de luxe et une troisième partie, la principale, qui abrite un musée, inscrit au programme Arts et Vie. 

Le jour de notre visite, le 13 décembre 2012, tombait le jour de l’anniversaire du maharana. Bien que cette famille royale n’ait plus de pouvoir officiel, elle est encore très importante pour la population d’Udaïpur. Tous les ans, à l’occasion de son anniversaire, le maharana ouvre les portes de sa demeure et organise une grande fête. Notre guide nous a proposé d’y assister : aller saluer le maharana et voir ainsi le banquet qu’il offre à la population.

Nous sommes donc rentrés dans la partie privée et, après avoir retiré nos chaussures, nous avons fait la queue au milieu des Indiens – un peu d’attente dans cette file indienne qui prenait là tout son sens – pour saluer le maharana et son fils, tous deux en habits de fête. Nous nous sommes inclinés devant eux et avons échangé une poignée de mains en déclinant notre prénom, suivi d’un « France » tonitruant ! Puis, nous avons vécu quelques instants magiques dans cette ambiance festive, digne d’un conte des Mille et une nuits : des fleurs à profusion, des officiels parés de leurs plus beaux saris et brocards, et un orchestre avec, bien sûr, des joueurs de cornemuse.

Le Rajasthan est décidément une région à découvrir les yeux grand ouverts… d’étonnement !

À découvrir avec les circuits Arts et Vie : Rajasthan et Rajasthan découverte